Vue du cimetière Saint-Vincent situé à Montmartre. Photo : iStock.com/Olivier DJIANN.

Tout au pied de la Butte, le Cimetière Saint-Vincent demeure le plus discret des cimetières de Montmartre. Pourtant, plusieurs grandes figures montmartroises reposent ici, dans un cadre typique du quartier, avec le Sacré Coeur en toile de fond.

Avec une entrée bien cachée au fond de la minuscule Rue Lucien Gaulard, donnant elle-même sur la Rue Caulaincourt, le Cimetière Saint-Vincent demeure un lieu encore secret de Montmartre, toujours à l’abri d’un trop-plein de visiteurs.

Un lieu de promenade un peu hors du temps, au pied de la Butte Montmartre, sur lequel veille depuis ses hauteurs le Campanile du Sacré Coeur. Le Cimetière Saint-Vincent, où reposent de grandes familles et plusieurs figures phares de l’histoire de Montmartre, est un autre exemple de l’atmosphère unique du quartier.  

Cimetière Saint-Vincent en plein jour, considéré le plus discret des cimetières de Montmartre. Photo : Twitter.com/@MonsieurMiami11.

🧭 Le Cimetière Saint-Vincent – carnet pratique

Le Cimetière Saint-Vincent, l’un des trois cimetières de Montmartre

L’histoire du Cimetière Saint-Vincent débute en 1831, lors de sa fondation. Ce dernier vient prendre le relais d’un autre cimetière de la Butte (et le plus petit de Paris), le Cimetière du Calvaire, qui affiche alors complet. Il succède de quelques années au Cimetière de Montmartre, inauguré quant à lui en 1825 : Montmartre totalise depuis lors trois cimetières

Lors de sa création, le Cimetière Saint-Vincent n’est pas encore parisien, mais strictement montmartrois. Dès 1858, le site semblait déjà victime de son succès, et fut fermé par manque de place ! 

Le Cimetière Saint-Vincent rouvre ses portes, alors situées au 40 de la Rue Saint-Vincent, en 1860, date qui marque également l’annexion de la commune de Montmartre par Paris. Il rejoint alors les rangs des cimetières de la capitale, sans jamais perdre son identité profondément montmartroise.

En effet, le Cimetière Saint-Vincent accueille à l’époque les concessions à perpétuité d’illustres familles de Montmartre : Tourlaque, Labat, Muller, Lavigne, Cottin, Lécuyer, Nicolet, Picard… les grands noms du quartier se démarquent à grand renfort de statuaires ornant les sépultures. 

Vue sur les grands noms du quartier de Montmartre figurant au cimetière Saint-Vincent. Photo : TripAdvisor.com/CimetirereSaint-Vincent.

Sur une surface de 6000m² au pied de Montmartre et de ses vignes, l’entrée du Cimetière Saint-Vincent est déplacée en 1909 du côté de la Rue Lucien Gaulard : un accès plutôt confidentiel, qui lui permet de conserver encore aujourd’hui tout son charme et sa quiétude. 

Les grandes figures de Montmartre au Cimetière Saint-Vincent

Si les tombeaux des grandes familles montmartroises impressionneront les amateurs de sculpture funéraire, le Cimetière Saint-Vincent abrite également parmi ses 900 sépultures plusieurs grandes figures de la vie artistique et intellectuelle de Montmartre. 

🕖 Les horaires d’ouverture du Cimetière Saint-Vincent

  • Du 16 mars au 5 novembre : du lundi au vendredi 8h00-18h00, samedi 8h30-18h00, dimanche 9h-18h00
  • Du 6 novembre au 15 mars :  du lundi au vendredi 8h00-17h30, samedi 8h30-17h30, dimanche 9h-17h30

Faisons un tour dans les allées du Cimetière Saint-Vincent :

🥂 Michou

Le plus récent parmi les admis célèbre du Cimetière Saint-Vincent, Michou (1931-2020) a su animer les nuits de Montmartre pendant des décennies grâce à son cabaret transformiste de la Rue des Martyrs. 

Ses nombreux fans venus lui rendre hommage composent désormais une bonne partie de la fréquentation du Cimetière Saint-Vincent !

La tombe du célèbre Michou au cimetière Saint-Vincent à Montmartre. Photo : Twitter.com/@JGargoly.

🎨 Les peintres de Montmartre

Ils sont les plus nombreux dans cette catégorie, chacune et chacun ayant contribué à la légende artistique de Montmartre et de Paris tout entière :

  • Théophile Steinlen (1859-1923) : ce peintre, tombé très tôt amoureux de Montmartre, est resté célèbre pour son affiche de La Tournée du Chat Noir, visible partout dans Paris encore aujourd’hui.
  • Maurice Utrillo (1883-1955) : Maurice Utrillo, qui a laissé son nom à l’un des plus beaux escaliers de Montmartre, compte parmi les grands peintres originaires du quartier. Il repose aux côtés de Lucie Valore (1878-1965), sa compagne, peintre également.
  • Eugène Boudin (1824-1898) : sans doute le plus célèbre peintre présent au Cimetière Saint-Vincent, Eugène Boudin est le moins montmartrois de la bande… Son souhait fût pourtant de reposer ici, au pied de Montmartre.

🖋️ Les écrivains de Montmartre

  • Roland Dorgelès (1885-1973) : écrivain montmartrois par excellence, la plupart des livres de Dorgelès prennent pour cadre Montmartre. Il fréquentait assidûment le cabaret du Lapin Agile, dont il est une des figures intemporelles.
  • Émile Goudeau (1849-1906) : cet autre écrivain a fait notamment ses armes du côté d’un autre cabaret, le Chat Noir. Une des plus jolies places de Montmartre, celle du Bateau-Lavoir, est baptisée en son honneur.
  • Marcel Aymé (1902-1967) : l’auteur des Contes du Chat Perché et du Passe-Muraille, dont l’action se déroule à Montmartre, adopta définitivement la Butte, résidant jusqu’à sa mort au 26 de la Rue Norvins (aujourd’hui Place Marcel Aymé).
La tombe du célèbre auteur Marcel Aymé au cimetière Saint-Vincent à Montmartre. Photo : TripAdvisor.com/Jaquesxl.

😮 Les curiosités du Cimetière Saint-Vincent

  • Gen Paul (1895-1975) : montmartrois de naissance comme dans l’au-delà, connu autant comme peintre qu’en tant qu’ami de Marcel Aymé, sa tombe ne porte aucun nom !
  • Georges Rose (1895-1951) : autre artiste de Montmartre à la notoriété limitée, sa sépulture en revanche est ornée d’un superbe rosier en guise de pierre tombale.
  • Sédir (1871-1926) : mystique de Montmartre versant dans l’ésoterisme, ce personnage original a fait l’objet d’un culte : les adeptes se rendaient au cimetière pour toucher la médaille de sa tombe, dotée paraît-il de pouvoirs surnaturels…
  • Gazi le Tatar (vers 1900-1975) : peintre né en Crimée, ce descendant lointain de de Gengis Khan passera sa vie à Paris auprès de Suzanne Valadon, l’artiste devenant une sorte de mère d’adoption. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.